Accueil > Didier Verner - Psychic Tarot > Didier Verner – Psychic Tarot.

Didier Verner – Psychic Tarot.

février 21, 2015

Didier Verner est (avec Erick Fearson) l’une des rares figures du Mentalisme en France… mais là n’est pas sa seule qualité non plus!

Il nous l’explique lui-même plus amplement dans l’entretien qui suit.

Retrouvez-le sur son site internet et (pour vous donner un raccourci en attendant de parcourir ses pages), n’hésitez pas à télécharger son jeu des Cartes-Caractères qu’il nous offre gracieusement! 

IMG_7646

Je crois avoir lu quelque part que vous vous présentiez en tant que « Psychic Entertainer »… qu’est-ce exactement?

Il me paraît important de se définir convenablement. On lit tellement dans la prose des pratiquants des arts divinatoires « voyant-médium » que ce terme commence à se vider de son sens.

Un voyant, ou clairvoyant, a la sensation de voir des images qu’il interprète ensuite. Ces images sont généralement attribuées à une influence extérieure (un guide, un esprit) mais aussi à sa propre facilité à se créer des images (intuition, vision, …)

Un médium prétend communiquer avec le monde des esprits, c’est un intermédiaire.

Force est de constater que « sur le terrain », comme on dit, certains voyants n’ont pas toujours l’acuité qu’ils voudraient et les médiums favorisent l’intermédiation entre leurs clients et leur portefeuille. Bon, ça c’est fait …

Pour éviter toute ambiguïté, j’utilise pour me présenter deux termes :

– consultant intuitif : je donne des consultations en interprétant des symboles divinatoires et en me servant de mon intuition.

– psychic entertainer : je fais des animations lors d’événements, de soirées, avec des démonstrations mettant en jeu les arts divinatoires et le mentalisme. Je reviendrai sur ce dernier point.

J’ai gardé le terme anglais, car « entertainment » n’a pas d’équivalent en Français, se situant entre animer, divertir, étonner, amuser… Je trouve que c’est ce qui va le mieux au monde de l’événementiel.

C’est par souci d’honnêteté et pour ne pas galvauder des termes qui le sont déjà trop que je n’utilise pas le terme médium et peu celui de voyant.

Pourriez-vous nous parler de vos outils de travail et nous dire, parmi ces derniers, en quoi le Tarot vous intéresse?

J’ai commencé à utiliser un pendule il y a quarante-sept ans… j’étais petit !

A l’adolescence, je me suis intéressé aux lignes de la main, et j’ai lu le merveilleux livre d’Oswald Wirth : « Le Tarot des Imagiers du Moyen-Âge » qui est excellent, tant pour l’apprentissage du Tarot que pour la connaissance des symboles. Je ne peux que recommander vivement tous les écrits de Wirth, qu’on s’intéresse ou non à la Franc-Maçonnerie dont il fut l’une des grandes figures. Ses livres sont vraiment enrichissants.

Arcanes majeurs Wirth

Tarot d’Oswald Wirth

J’ai donc pratiqué le tirage en croix tel que décrit dans le livre, et je le pratique encore…

Puis vinrent les cartes à jouer, les runes, le Yi-King et la géomancie… Là, j’ai commencé à me rendre compte que j’avais une certaine facilité à interpréter un support divinatoire, je me suis essayé à quelques mancies exotiques ainsi qu’aux lancers de dés, de pièces de monnaies, d’aiguilles, et je sais aussi monter un thème astral de naissance.

Avec quarante ans de pratique, je me sens à l’aise avec les arts divinatoires !

Professionnellement, j’utilise aujourd’hui comme outils :

– le jeu Lenormand (36 cartes)
– les Arcanes Majeurs du Tarot de Marseille
– les runes germaniques
– les Witches Runes (ensemble de huit pierres portant des symboles)
– un jeu de dés particulier, avec des images remplaçant les points.
– le jeu de 54 cartes (substitut des arcanes mineurs)

Je mets à part la chiromancie, qui est plus pour moi un outil pour faire le portrait d’une personne, lui donner ses forces, ses faiblesses, ses tendances que pour prédire l’avenir comme dans un tirage.

Le Tarot de Marseille me semble un outil incontournable, de par son universalité. Avec un jeu de Tarot en poche, vous pouvez faire face à toutes les questions !

il_570xN.55640906

Les « Pierres de Sorcières » (Witches Runes)

Quelle est votre pratique du Tarot et pour être plus précis, quelles potentialités lui accordez-vous?

Lorsque je consulte, dès les premières secondes passées avec le consultant, je sais quel support je vais utiliser.

Le Tarot s’impose à mon avis dans les questions directes, souvent fermées (oui ou non) et où je sens qu’elles ont un vrai poids dans l’esprit du consultant.

Je ne vois pas d’équivalent aux Arcanes Majeurs !
Ces symboles forts et complexes donnent toujours une réponse, avec du sens, des actions à mener et des conséquences à assumer. Ils fournissent aussi de l’espoir et du réconfort.

Les autres mancies que j’utilise en complément viennent affiner, éclairer la réponse.

Je suis curieux de savoir quelle grille de lecture vous sert de filtre pour faire parler les cartes du Tarot?

Je comprends par le terme « grille de lecture » la manière dont j’assemble les cartes pour les lire. Je ne remets pas en question la description des arcanes telle qu’on peut la lire dans les ouvrages spécialisés.

Le tirage en croix a largement fait ses preuves. Il montre d’où on part, où on va, et comment on y va, c’est pour moi un tirage incontournable.

Pour une consultation plus approfondie, j’utilise un tirage classique de cartes à jouer avec neuf cartes, en trois rangées de trois cartes.

Elles forment un simple tableau avec trois lignes et trois colonnes.

Une rangée symbolise le passé, une autre le présent et une troisième l’avenir.
Une colonne représente le monde matériel, une autre le monde émotionnel et la dernière le monde spirituel.

Ce tirage apporte beaucoup d’informations, on peut poser dessus d’autres symboles qui viennent confirmer l’interprétation.

Enfin, quand le consultant souhaite un tour d’horizon complet, j’utilise le tirage de la roue astrologique, une carte pour chacune des douze maisons.

Par ailleurs, quel(s) type(s) de Tarot(s) vous plaisent et vous inspirent?

J’en ai vu un bon paquet !…. Je reviens toujours aux Arcanes Majeurs de mon vieux Conver , Édition Le Héron , fac-similé de l’original déposé à la bibliothèque nationale, je le traîne depuis trente-cinq ans ! … (j’ai bien lu l’article sur Kevin Meunier, je viens d’acheter le restauré, pour voir).

J’ai utilisé en entier le Camoin-Jodorowsky, c’est sympa aussi. Je suis plutôt hermétique au Rider-Waite, allez savoir pourquoi ! …
Avec certains jeux, on se sent plus à l’aise et l’on obtient de meilleurs résultats ! Et tant mieux !

Je crois savoir également que vous travaillez le Tarot en combinaison avec d’autres supports… mais de quelle manière précisément et avec quels autres outils?

Le jeu de Tarot a 78 cartes… Il serait donc logique de travailler avec un jeu entier. Ce n’est toutefois pas comme cela que j’ai la meilleure précision.

Je me suis rendu compte assez vite que je préfère interpréter un tirage d’Arcanes Majeurs et les faire couvrir d’arcanes mineurs. un peu comme si vous utilisiez un jeu de cartes classique…

Alors pourquoi ne pas essayer avec un jeu de cartes ?… J’ai donc combiné le jeu de 32 cartes avec le tirage des Arcanes Majeurs en neuf cartes.

Puis j’ai substitué le jeu Lenormand au jeu de 32 cartes… et ensuite j’ai découvert les runes….

J’adore les runes ! Chacune est un chaîne de concepts et envoie un message fort qui « tombe » comme il faut, où il faut et quand il faut.

Leur apprentissage n’est pas si difficile, et si je ne devais garder qu’un art divinatoire… j’hésiterais beaucoup entre le Tarot et les runes !

Dieu merci, je ne me pose pas cette question !

J’invite le consultant à poser sans les regarder quelques runes là où il veut sur les lames du tirage, c’est éclairant et inspirant !

Dans l’optique de combiner Tarot et autres méthodes divinatoires, le Tarot ne se suffit-il pas à lui-même? Et que pourriez-vous conseiller à celles et ceux qui voudraient suivre votre exemple afin de ne pas se perdre dans un surplus d’informations, une lecture brouillée par le manque de pratique et de discipline voire des informations contradictoires?

Eh bien si, le Tarot se suffit amplement à lui-même !

En abordant les tirages avec les 78 cartes, vous pouvez répondre à toutes les questions. Il y a pléthore de méthodes et vous n’avez que l’embarras du choix.

Vous pouvez aussi combiner un tirage avec les Arcanes Majeurs et un autre avec les mineurs. Vous avez là un autre style d’interprétation. Ces outils se complètent, vous ne pouvez retomber sur une carte qui signifie par exemple l’Hermite, puisqu’il n’y en a qu’une seule dans le jeu…

Après, à chacun d’utiliser le support avec lequel il se sent le plus d’affinités. Quelques exemples :
– Arcanes Majeurs et jeu de 32 ou 54 cartes
– Arcanes Majeurs et jeu ou oracle Lenormand

Il ne me viendrait pas à l’idée de combiner un tirage d’Arcanes Majeurs avec un oracle complet comme l’oracle Gé que j’utilise et que j’aime beaucoup, ou un autre jeu entier de Tarot…

L’idée est de superposer un second tirage au premier. La première fois que j’ai mis les pieds dans un salon de voyance, j’ai remarqué que les voyants utilisaient de trois à cinq ou six jeux de cartes. Je pense qu’ils proposent plusieurs manières d’aborder une même question.

Je constate que les interprétations d’autres supports renforcent le sentiment initial donné par le premier tirage. Si vous avez des significations contradictoires, elles peuvent indiquer que vous vous trompez dans l’interprétation, ou que l’oracle ne veut pas répondre. Ce dernier point peut arriver (en tout cas moi j’y crois !) et en général les signes se multiplient vite pour le dire.

Le conseil que je donnerai est de simplement faire deux tirages et retenir les éléments communs aux deux par rapport à la question posée.

Dans le cas des runes, je fais un tirage de trois runes en les faisant poser par dessus les cartes. Soit elles viennent renforcer le sens général, soit elles mettent en exergue un point mineur qui peut devenir lourd de sens dans la réponse au consultant.

Qu’en est-il de vos projets, de vos créations de jeux divinatoires dont « l’oracle de l’équilibre »?

Comme disait mon père : « lorsqu’on n’ a plus de projets, c’est qu’on est mort ! »

Sans être si catégorique, les projets restent un vrai moteur de la vie. J’ai un projet de jeu de cartes dont je ne parle pas encore. Comme il n’est pas très simple, je me suis rapproché de mon ami Erick Fearson pour que nous mettions nos forces en commun dans ce travail. On verra bien.

Je vous avoue que l’oracle de l’équilibre est resté en sommeil. C’est une méthode que tout le monde peut faire et qui demande des pions noirs et blancs comme ceux du go, ou des haricots secs blancs et rouges…. J’ai des notes à compléter et à mettre en forme, je sens qu’il va falloir s’y mettre !!! 🙂

Vous distinguez voyance et divination… le Tarot ne peut-il être un catalyseur de la voyance?

Tous les supports divinatoires peuvent être des catalyseurs de voyance !

Toutes celles et ceux qui tirent les cartes ou les Tarots se sont trouvés un jour à annoncer une réponse plus ou moins en dehors de ce que disaient les cartes. Cela me semble normal. Il y a ces moments où « vous savez ». Et quand vous savez, vous le dites, peu importe ce qui est sur la table…

L’interprétation développe l’imagination, l’imagination développe l’intuition, et cette dernière développe la voyance.

Le duo « interprétation + intuition » s’impose à mon avis à tous les pratiquants des arts divinatoires.

En attendant de nouvelles découvertes et la publication de nouveaux travaux, que pourrait-on dire de nouveau, d’inédit ou d’intéressant sur le Tarot?

Hmmm… Pas facile !!!

il y a tant de livres sur le Tarot, et tant de bons spécialistes…

Ce n’est pas de la flatterie, mais les grands noms se retrouvent sur le Grimoire de Mnémosyne !

L’approche d’Enrique Enriquez est -je crois- ce qui me parait le plus novateur. Elle regarde devant tout en gardant l’universalité du Tarot.

Autant j’admire le fabuleux travail qu’a fait Jean-Claude Flornoy, autant je pense qu’à quelques détails près (qu’on ne retrouvera jamais), il n’y a pas UN UNIQUE Tarot qu’il « faut » ressusciter.

On connait les codes, les significations, les détails. On doit bien sur mettre du bleu à la place du bleu, et non du vert, mais pour moi ça s’arrête là.

On ne parle pas beaucoup non plus du Tarot en tant qu’outil de magie. Je pense qu’on verra sûrement dans quelques temps une résurgence des livres de Papus et surtout d’Eliphas Lévi, avec son « Dogme et Rituel de la Haute-Magie » découpé en vingt-deux chapitres…

Eliphas_carro-2

Le Chariot d’Hermes (Septième Clé du Tarot) – Eliphas Levi

Je ne puis passer à côté de votre qualité de Mentaliste.

En visionnant votre interview dans le passionnant DVD « La Voie du Mentalisme », je crois avoir enfin compris que loin de l’aspect spectaculaire purement médiatique du Mentalisme, ce dernier est avant tout une voie de connaissance de soi et des autres voire une précieuse aide à soi-même et à autrui. Des qualités que l’on associe beaucoup au Tarot.

Et j’approuve Erick Fearson pour qui « il est naturel que ces deux Arts (Mentalisme et Tarologie) se soient rencontrés un jour. »

Maintenant, bien que distincts, ces deux arts sont-ils selon vous complémentaires, parallèles ou identiques?

Avez-vous recours aux pratiques du Mentalisme pour une lecture de Tarots et dans l’affirmative, est-ce pour vous un atout non-négligeable ou une simple opportunité, un « plus », quant à cette même lecture?

Ahaaa… le Mentalisme est un terme qui fait couler beaucoup d’encre…

Je me permets de joindre en complément de cette réponse ma petite analyse de la définition du Mentalisme, mais pour faire simple, le Mentalisme est pour moi la science de gestion du mental.
Comme le souligne Erick Fearson dans son interview sur votre site :  » la plupart des mentalistes de la « vieille école » intègrent les Tarots dans leur discipline comme c’est mon cas. Par ailleurs, il faut noter que durant tout le XXème siècle, de nombreux mentalistes avaient en parallèle une activité de praticien en Arts Divinatoires. »

Le Mentalisme est non seulement une voie de connaissance mais également une voie de développement. Pour faire simple, mieux vous vous servez de votre tête, plus vous êtes heureux et épanoui, plus cela vous donne envie de développer votre potentiel, et ainsi de suite …Vous entrez dans une spirale d’évolution bénéfique pour vous et autour de vous.

Alors bien sûr, dans ce processus, les arts divinatoires ont leur place, à plusieurs titres, comme outils :

– de connaissance de soi
– de développement du contact avec autrui
– d’apprentissage du symbolisme
– de réflexion et d’introspection
– de développement de l’intuition

Soyons clairs, il n’y a aucun besoin d’être mentaliste pour lire les Tarots.

Un mentaliste, en revanche, va certainement avoir une vue plus globale du consultant face à la situation, et la différence peut se situer dans la réponse. Au lieu d’annoncer des événements qui vont se produire, on peut plus y voir des opportunités à saisir, des orientations à prendre, des capacités à développer, des pièges à éviter. C’est le résultat d’une approche plus globale qu’une simple interprétation d’un support à une question donnée ou d’une simple expression d’un ressenti.

Le Mentalisme est une approche complémentaire de toute interaction avec l’Autre, et cette approche se manifeste particulièrement bien dans les arts divinatoires, et le Tarot en particulier !

Pour conclure, je souhaiterais mettre un point en évidence : lire le Tarot est un acte d’amour pour celles et ceux qui viennent consulter.

Vous les aidez parce que vous les aimez. SI vous avez cette attitude mentale, alors les lames s’ouvriront à votre compréhension et vous saurez trouver les mots justes et utiles.
Dans cette optique, plus il y aura de monde pour étudier les Tarots (et les arts divinatoires en général), et mieux le monde s’en portera !

Merci beaucoup de m’avoir permis de m’exprimer sur ce sujet, je suis très heureux (et un peu fier) de voir ma modeste prose aux côtés de grands noms pour lesquels j’ai une profonde admiration, et longue vie au Grimoire de Mnémosyne.


On peut constater de nombreux rapprochements avec d’autres ouvrages ésotériques : le Sefer Ha Zohar par exemple présente des approches assez similaires au niveau de son approche de la création de l’univers ou de la nature de la divinité. Point de vue que l’on peut aussi retrouver dans les écrits de Maïmonide, philosophe juif du VIIIe siècle après J-C.

Celles et ceux qui s’intéressent à l’ésotérisme et aux arts divinatoires connaissent bien ces principes et les expérimentent au quotidien…

A la lumière de ces trois définitions, on pourrait imaginer trois types de mentalistes, ceux du type 1, les artistes, ceux du type 2, les consultants et ceux du type 3, les ésotéristes… Mais ce serait trop simple, car certains (et c’est mon cas) connaissent les trois domaines…. Beaucoup vous donneront une définition personnelle du Mentalisme…Et ça fait plusieurs dizaines d’années qu’on ne s’en sort plus…

Sachant que dans notre beau pays les mentalistes de type 1 font la guerre aux mentalistes de type 2 en les traitant de charlatans et à ceux de type 3 en les prenant pour des doux dingues (oui, je schématise !), l’ambiance est excellente…


Définition du Mentalisme :

je vous propose les définitions du site Anglophone wikipédia

· Mentalism, an ancient performing art in which the practitioner simulates supernatural mental powers [un art ancien dont le pratiquant simule des pouvoirs mentaux surnaturels]

· Mentalism (psychology), those branches of study that concentrate on mental perception and thought processes [des branches d’études (en psychologie) qui traitent des perceptions mentales et des processus de la pensée]

· Mentalism (philosophy), the belief that the mind is what truly exists [la croyance que le mental est la seule chose qui existe vraiment]

La première définition est reprise par les illusionnistes, pour remplacer le terme de « magie mentale » qui comprend toute la branche de cet art donnant l’illusion de la télépathie, la clairvoyance, la précognition et la psychokinèse. L’utilisation de ce terme date, je crois des années 1910. Il y a des grands artistes qui excellent dans ce domaine, comme les regrettés Maurice Fogel en Angleterre et Ted Lesley en Allemagne. On peut aujourd’hui voir Max Maven, , Gerry McCambridge, Gary Kurtz pour ne citer qu’eux parmi d’autres grands talents.

On voit aujourd’hui qu’il y a de plus en plus de ces « magiciens » qui proposent des numéros de « mentalisme » et de « magie bizarre ». Cette dernière (bizarre magick) s’attache à reproduire des effets inspirés de la magie cérémonielle et de la sorcellerie. Le plus curieux, c’est qu’une grande majorité des illusionnistes qui se nomment eux-mêmes « magiciens » ne connaissent rien de la vraie magie…

La seconde définition est une approche psychologique qui regroupe un peu de tout sous le terme « gestion du mental ». Il ne faut pas oublier que n’importe qui peut, aujourd’hui en France, s’installer comme psychothérapeute…On voit donc dans le mentalisme actuel de nombreux adeptes du développement personnel sous toutes ses formes, soit par les thérapies douces ou nouvelles, soit par des formations en communication, en management, avec un gros apport de la psychologie sociale expérimentale, de la programmation neuro linguistique, et d’autres disciplines du même domaine. Les arts divinatoires ne sont pas exempts de cette approche du mentalisme, puisqu’il existe aujourd’hui des entreprises ayant recours aux tarots, à la numérologie et d’ennéagramme, pour ne citer qu’eux.

La troisième définition vient de la philosophie hermétique Le mentalisme est le premier des sept principes hermétiques.

Les voici :

(source Wikipedia)

1. Principe de mentalisme : le principe de mentalisme explique que « le Tout est esprit ; l’univers est mental. »

2. Principe de correspondance : le principe de correspondance implique l’idée qu’il y a « un rapport constant entre les lois et les phénomènes des divers plans de l’être et de la vie. » « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ; ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.

3. Principe de vibration : le principe de vibration implique la vérité que le mouvement se manifeste partout dans l’univers, que rien n’est à l’état de repos, que tout se remue, vibre et tourne en rond. Ce principe explique que « les différences existantes entre les diverses manifestations de la matière, l’énergie, l’âme et même l’esprit, sont la conséquence d’une proportion inégale de vibrations […] ; plus grande est la vibration plus haute est la position sur l’échelle. »

4. Principe de polarité : le principe de polarité implique l’idée que « tout est double », « tout a deux pôles », « tout a deux extrêmes.« La thèse et l’antithèse sont identiques en nature, mais différentes en degrés. Tout paradoxe peut être concilié car ce qui semble opposé n’est en fait qu’une autre partie d’une même échelle.

5. Principe de rythme : le principe de rythme implique l’idée qu’il se manifeste dans toute chose un mouvement mesuré d’allée et venue, un flux et un reflux, un balancement en avant et en arrière, quelque chose de semblable au mouvement du pendule. Le principe du rythme se relie étroitement au principe de polarité…

6. Principe de cause et d’effet : le principe de cause et d’effet implique le fait qu’il existe une causalité pour tout effet produit et un effet pour toute cause. Il explique que : « tout arrive conformément à la loi » ; que « jamais rien n’arrive fortuitement » ; que le hasard n’existe pas.

7. Principe de genre : le principe de genre implique que le genre existe en tout ; le masculin et le féminin sont constamment en action. Les auteurs nous disent que le mot genre a une signification plus large et plus générale que le mot « sexe ». Le sexe est simplement une manifestation du genre dans le plan physique. Le principe de genre se manifeste en masculin ou féminin dans tous les plans du réel.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :