Accueil > Le Pèlerinage de l'Âme... > Le Pèlerinage de l’Âme…

Le Pèlerinage de l’Âme…

décembre 30, 2016

Toujours en quête de vous offrir des entretiens inédits (et en Français) sur les Tarots, je vous propose, pour ce dernier article, de vous interroger sur le positionnement actuel du Pèlerinage de votre Âme: quelle phase traversez-vous et vous apprêtez-vous à atteindre par la suite?

L’entretien qui suit a été publié en anglais sur l’Aeclectic Tarot Forum et mené par Bonnie Cehovet il y a plusieurs années d’ici.

L’occasion idéale de se (re)plonger dans l’univers spirituel mais bien réel (parce qu’il est à vivre) du « Pèlerinage de l’Âme » cher à Jean-Claude Flornoy, de (re)trouver de la magie et de l’espoir à l’aube de « 2017 » et de souligner la présence et la participation de Roxanne, son épouse, dans cette transmission d’un Tarot Vivant. 

Le site: letarot.com

Mille mercis aux lectrices et aux lecteurs des pages du Grimoire de Mnémosyne.

Entretien avec Jean-Claude & Roxanne Flornoy.

Par Bonnie Cehovet.

J’ai récemment eu le grand honneur de rencontrer le travail de l’historien Français du Tarot, Jean-Claude Flornoy. Son œuvre comprend des restaurations colorées à la main, au pochoir, des 22 arcanes majeurs du Tarot de Jean Noblet (Paris, 1650) et du Tarot de Jean Dodal (Lyon, 1701), ainsi qu’une récente réalisation, la complète réédition des 78 cartes du Tarot de Jean Noblet, considéré comme le plus ancien Tarot du style Marseille. Il s’agit d’un projet plus impressionnant qu’on pourrait le croire, car il a eu le défi de recréer des cartes manquantes du jeu – les six à dix d’épées. Leur création est tout à fait en accord avec le reste du jeu – bien étudiée, et d’excellente qualité.

Jean-Claude possède également un site internet en français sur son travail, que Roxanne Flornoy a traduit avec beaucoup de talent et de perspicacité en anglais.

Le podium est maintenant remis à Jean-Claude et Roxanne!

 

Bonnie Cehovet: Jean-Claude, je dois dire que j’admire beaucoup votre travail. Comment avez-vous commencé à vous intéresser au Tarot?

Jean-Claude Flornoy: j’ai acheté mon premier Tarot, un Paul Marteau, quand j’avais 18 ans. J’ai aussi essayé de lire le livre de Marteau. Après 20 pages je l’ai abandonné car incompréhensible. À l’âge de 33 ans, j’ai poursuivi une récapitulation (exercice axé essentiellement sur la mission de l’Arcane XIII, trouver et purger la charge du passé, libérer de l’énergie pour le présent et l’avenir), et une carte de Tarot accompagnait chaque jour des trois semaines que j’ai passées avec le thérapeute. Je lui avais déjà expliqué que j’étais totalement désintéressé du tarot, que c’était trop compliqué. Il n’a pas été perturbé par cette remarque, mais voulait savoir si j’aimais les histoires qu’il racontait. Il avait un grand stock d’expériences et d’aventures à raconter; elles me fascinaient. Quatre ans et demi plus tard (1986), je me suis levé très tôt par un sombre matin d’hiver et, tout en buvant mon café, le Tarot, sa représentation de chacune des étapes de l’existence, devint tout à coup cohérente. Cette vision, décrite dans mon texte, le Pèlerinage de l’âme, est restée mon approche de base pour le Tarot et c’est ce qui me motive à le voir comme un outil inestimable pour l’évolution spirituelle.

ste-suz-expo-chateau4

BC: qu’est-ce qui vous a poussé à commencer l’étude de la tradition française du Tarot de Marseille, et à poursuivre avec la réédition des Tarots de Jean Dodal et de Jean Noblet?

J-CF: dans le tarot j’ai trouvé une présentation Occidentale d’un itinéraire intérieur basé sur une perception cyclique du temps, de la mère (Platon) et de la femme (la «vieille religion»), par opposition au temps linéaire du père (Aristote), repris par le Christianisme. La tradition française du [Tarot] « de Marseille » est porteuse et de manière ininterrompue de ce que l’on pourrait appeler une vision chamanique du monde. Le Tarot a assimilé cette information essentiellement païenne et l’adaptait à un monde chrétien. Ce n’est peut-être que pour cette raison qu’il a survécu. C’est la seule tradition Européenne «native» encore vivante, du moins, dans sa forme originale. Depuis que ce support persiste, il porte avec lui la possibilité de ré-pénétrer l’âme des anciens maîtres. Ces cartes sont un lien vers eux, et constituent une sorte d’accès magique à leurs connaissances. Ré-éditer les Tarots de Jean Noblet et de Jean Dodal permet à cette tradition de rester en vie et active dans le monde d’aujourd’hui.

BC: vous présentez, sur vos sites et dans les brochures qui accompagnent vos jeux, votre travail sur le Pèlerinage à travers les arcanes majeurs, appelé le «Pèlerinage de l’Âme». Pouvez-vous nous dire comment vous voyez ce Pèlerinage, et pourquoi les cartes «passerelles» sont si importantes?

J-CF: le Pèlerinage est le voyage que chacun de nous entreprend, qu’il le veuille ou non. Suivre un chemin vers la connaissance implique que la conscience accompagne le processus. Rester autant que possible hors du brouillard aide à rester concentré. Le Tarot présente les phases successives de l’existence et s’adresse à l’inconscient à travers des images. En méditant sur les images de ces maîtres, et ce ne sont que celles qui peuvent fonctionner, peu à peu prépare l’ensemble des forces psychiques (conscientes et inconscientes) à vivre et à intégrer une perspective toujours plus large sur la façon dont nous existons dans les mondes qui nous entourent. La carte passerelle transmet l’atmosphère générale d’une phase. Il ne devrait surprendre personne que la période de l’apprentissage de la vie devrait commencer sous le signe de « L’Amoureux ». La phase mature de la vie commence avec « La Force », où nous nous construisons dans le monde social par une profession, une maison ou une famille. Cela conduit à une ouverture progressive à son monde intérieur, (Le Pendu et La Mort). Nous sommes encore dans le monde social, mais d’autres préoccupations apparaissent. Les nécessités du monde intérieur sont progressivement mises en équilibre avec celles de la sphère extérieure. Avec « Tempérance », il me semble qu’ici les réels choix de vie viennent au premier plan; on suit les indications du cœur et du radar personnel. Les passerelles sont indispensables pour l’initiation dans chaque phase. Si le cœur ne s’est jamais ouvert, l’apprentissage à la vie ne peut commencer, et la personne restera dans un état d’enfance: le «nous» collectif et familial. L’individuation ne peut être accomplie qu’une fois que la phase de « L’Amoureux » a été vécue. La maturité (ou compagnonnage – un professionnel reconnu pour sa compétence) n’est accessible qu’avec un passage de « La Force », où le savoir-faire est établi.

Cela se transforme, au fil de la phase de Maîtrise, en savoir-être, la porte de « La Maison Dieu », signe le passage dans l’autre monde de la réalité: on est littéralement né à nouveau (compagnon re-né). A partir de ce stade, tout se passe dans cet autre monde. Cette organisation structurelle me séduit. D’autres peuvent la trouver trop structurelle. Mais pour moi, ma compréhension soudaine du Tarot est arrivée sous cette forme, des étapes fines et précises comme des tranches, des périodes que je pourrais dater, avec un début et une fin. C’est le travail des anciens maîtres que j’ai intégré de cette manière. Leurs images parlent plus que tout ce que je pourrais imaginer créer moi-même.

pdb

BC: pouvez-vous nous dire quel a été le processus de recréation des six à dix d’épées manquants pour le Tarot de Jean Noblet?

J-CF: j’ai regardé les quelques dessins contemporains encore accessibles, et étudié l’iconographie du jeu lui-même. Une variante de la fleur sur le quatre d’épées a été utilisée à nouveau sur le six recréé. C’était habituel dans les jeux à cette époque. Les petites fleurs des cartes d’épées existantes étaient une inclusion évidente. Le grand facteur de chance était qu’aucune des cartes de Cour ne manquait. S’il avait été nécessaire de retracer l’une d’elles, je ne pense pas que j’aurais entrepris la réédition de ce jeu.

Note: je considère comme un grand cadeau pour le monde du Tarot que les cartes de Cour étaient intactes, de sorte que nous avons maintenant ce jeu formidable pour travailler avec lui!

epees

BC: toutes les sections de votre site m’ont fascinées, mais une s’est surtout distinguée – la section sur Maître Jacques, fondateur des Compagnons. Pouvez-vous nous parler un peu de ce monsieur et des Compagnons ?

J-CF: Maître Jacques est le fondateur mythique de la voie spirituelle et pratique de la connaissance connue en France comme compagnonnage. La légende lui attribue la construction du premier Temple de Jérusalem, celui de Salomon, vers 800 av JC. Maître Jacques reste la Personne Symbolique des Compagnons jusqu’à ce jour. Les secrets de la façon de discerner et d’utiliser les forces qui émanent de la terre avaient continué à être transmis, même dans les temps les plus troublés, de la période mégalithique. Le but des constructeurs du début du Moyen Age était de rendre ces forces terrestres bénéfiques à l’homme. Ils se considéraient comme des constructeurs de machines pour la transmutation des êtres humains. C’est là le but auquel ils consacraient leur science. Les églises romanes du 12ème siècle, si elles n’ont pas été modifiées, restent opérationnelles. Elles captent encore l’énergie tellurique qui est particulièrement forte sur ces «points nodaux» choisis, et irriguent les personnes à l’intérieur de l’édifice avec leur vitalité. Au moment de leur construction, des cérémonies qui ont conduit toute l’assemblée dans une transe collective de guérison et de sensibilisation ont été tenues dans ces «machines». Notant (et craignant) l’intensité de cette dynamique, les premières puissances religieuses y voyaient une véritable menace et mirent fin à de telles pratiques au début du XIVe siècle. Les Templiers n’étaient plus là pour protéger et financer les projets des constructeurs, et la plupart des Compagnons ont fui le pays avec l’Inquisition. J’ai expliqué sur mon site la façon dont je pense que ces constructeurs exilés ont voyagé, d’abord au Moyen-Orient, puis au fil du temps, de retour en France par l’Italie. Les images du Tarot sont tirées de la connaissance de ces professionnels errants. Les créateurs d’images et les sculpteurs de l’époque précédant l’Inquisition sont les pères spirituels et techniques des anciens maîtres du Tarot.

BC: Jean-Claude, vous êtes un « cartier-enlumineur ». Pouvez-vous expliquer ce que c’est, et ce que vous faites?

J-CF: un cartier est un fabricant de cartes. Un enlumineur est quelqu’un qui «met en couleur» ou «met en lumière». Une enluminure évoque principalement la calligraphie sur parchemin avec des lettres capitales peintes, colorées et des décorations – les anciens manuscrits. Mais l’enluminure au sens large couvre tous les types d’application artisanale de la couleur. Le pochoir à la main a été la méthode utilisée pour les éditions des majeures uniquement des Tarots de Jean Noblet et de Jean Dodal.

pochoir-et-presse

BC: Jean-Claude, où vous voyez-vous aller à l’avenir avec le Tarot?

J-CF: si les résultats de la distribution de l’édition complète du Tarot de Jean Noblet sont encourageants, j’ai l’intention de continuer avec l’un des trois autres jeux les plus dignes de résurrection: Jacques Viéville, Jean Dodal ou Nicolas Conver. En attendant, je termine le travail sur un livre (en français) prévu pour septembre. C’est un développement prolongé du «Pèlerinage de l’Âme».

Note: j’aimerais bien voir une traduction anglaise de ce livre. J’envoie des pensées à l’Univers que cela puisse être!

img_8952-1024x768

BC: Roxanne, vous avez joué un rôle très important pour rendre le travail de Jean-Claude disponible pour les amateurs anglophones du Tarot. Je tiens à vous remercier d’avoir fait cela. Cela a ouvert un monde qui autrement n’aurait pas été ouvert aux amateurs non-francophones du Tarot. La version anglaise de votre site est assez bien faite. Comment vous êtes-vous sentie à l’idée de diriger ce projet et qu’est-ce que cela a signifié pour vous?

Roxanne Flornoy: je n’avais eu aucun contact avec le Tarot avant de traduire le « Pèlerinage de l’Âme » de Jean-Claude. Ce texte, déjà une synthèse dense d’années de réflexion, était un exercice intimidant de compréhension et de précision. De là, il semblait évident que le site français avait besoin d’une version anglaise, même si c’est dans le monde anglophone qu’il y a le plus d’activités et d’informations concernant le Tarot. Cela dit, on a accordé relativement peu d’attention aux Tarots de Marseille, et la majorité de cette attention a été centrée sur les dérives de la fin du XIXe siècle très éloignées des matériaux anciens. Ce n’est que naturel, car ces références ont été longtemps inaccessibles. Participer à la réintégration de ces jeux dans le paysage du Tarot, spécialement depuis que le Tarot de Jean Noblet au complet est devenu disponible, est une belle aventure. Je découvre l’étendue de l’intérêt du Nouveau Monde pour ce que l’Ancien Monde peut fournir avec respect des sources. Sortir le matériel des musées et d’autres dépôts peut nécessiter de la persévérance. Il faut avoir une bonne raison pour entrer dans le Cabinet des Estampes à la Bibliothèque Nationale (une sorte de Fort Knox Culturel), et pour un immigrant du Nouveau Monde c’est un exploit en soi.

Puisque le Tarot parle par des images, c’est par une transition naturelle que j’ai étendu du verbe au domaine des couleurs et du papier, mes autres affinités fondamentales. J’ai appris à utiliser le pochoir avec un adepte de longue expérience, et ai sortis les deux dernières éditions du Dodal ‘dans la lumière’ moi-même. C’est une activité nécessitant persévérance et attention, important en ce que les couleurs elles-mêmes et leur placement sont au centre de la manière dont l’inconscient appréhende les images. Il est satisfaisant de réinvestir les lignes des anciens maîtres avec la couleur vivante dont elles ont besoin pour devenir réellement opérationnelles une fois de plus.

expo

BC: cette question s’adresse aussi bien à Jean-Claude qu’à Roxanne: pouvez-vous nous parler un peu de votre travail avec les écoliers et de votre atelier sur les méthodes d’impression et de coloriage?

J-CF & RF: la plupart des groupes qui nous visitent ont demandé l’atelier d’enluminure au pochoir. On rappelle d’emblée que les ateliers des XVIIe et XVIIIe siècles utilisaient souvent le travail des enfants pour les travaux de coloration, mais que vu que depuis, les jeunes gens sont mieux nourris et moins surchargés de travail, ils peuvent s’attendre, avec une certaine attention, à fournir une meilleure qualité que leurs aïeux . Et ils le font. Il n’est pas si facile d’obtenir une mise au pochoir la plus nette possible, mais les niveaux moindres donnent de bons résultats. Depuis que le « fabriqué en Chine» semble être sur toutes les étiquettes de nos  jours, nous soulignons également que ce n’est rien de nouveau. Le papier nous est venu de Chine (inventé là-bas environ en l’an 105 avant JC), par les Routes de la Soie et les Croisades. Les Chinois avaient développé le type mobile dans le bois longtemps avant que l’employé de M. Gutenberg ait suggéré de le faire dans le métal. Nous avons une variété de blocs de bois à montrer, ainsi que des exemples de papier parchemin et fabriqués à la main à base de textile. L’industrie de la carte était très importante à un moment donné, et les enfants voient les types de cartes aux coins carrés, cartes aux dos totalement blancs qui ont été utilisées comme cartes de visite une fois qu’elles n’étaient plus assez fraiches pour les jeux de paris. Au Musée de la Ville de Paris, le Musée Carnavalet, il y a une carte de Roi de Coeur où il est inscrit sur le dos un ordre pour la destruction de la Bastille. D’autres portent l’invitation du roi d’être présents à sa levée – il semble que l’autorisation de le regarder se lever du lit était un grand honneur. Les préliminaires accomplis, les enfants travaillent sur les agrandissements de 3 cartes du Dodal. Ils doivent placer le pochoir exactement et ne pas le laisser bouger. Le pinceau doit être aussi sec que possible, mais suffisamment mouillé pour appliquer la gouache. Après avoir fait la série de 6 couleurs, une deuxième carte, agrandie d’un jeu conventionnel produit localement (1792), semble un instantané avec ses 4 couleurs. Il n’est pas nécessaire de leur expliquer que la mise au pochoir était un moyen de produire en masse des estampes colorées à un moment où la seule alternative était toujours coûteuse de peindre à la main avec une brosse. Ainsi, « L’Ermite de Dodal, L’Empereur et La Papesse » sont rentrés à la maison avec beaucoup d’enfants à ce jour.

provost

BC: cette question s’adresse aussi bien à Jean-Claude qu’à Roxanne. Y at-il quelque chose que vous souhaiteriez que nos lecteurs sachent sur le travail que vous faites, ou sur le Tarot et comment il se rapporte à nos vies en général?

J-CF & RF: nous sommes heureux que la diffusion de ces nouveaux « vieux jeux » rendra le matériel viable et authentique disponible à une sphère beaucoup plus large des amateurs de Tarot.

dodal-noblet-fond-rouge-web

BC: je voudrais remercier à la fois Jean-Claude et Roxanne Flornoy pour avoir pris le temps de se joindre à nous dans cette interview. Les sites de Jean-Claude méritent d’être visités … en effet, vous y retournerez encore et encore!

Bio: Jean-Claude Flornoy est né en 1950 à Paris. Il a étudié la philosophie et travaillé 15 ans comme potier-céramiste. Toujours pendant cette période, il a participé à la création de plusieurs centrales hydrauliques. Il a consacré 20 ans à l’étude du Tarot. En 1996, il entreprend la restauration du Tarot de Nicolas Conver (Marseille, 1760), peignant chaque arcane sur des toiles géantes (220 cm sur 110 cm). Son but était de rendre fidèlement cette imagerie traditionnelle à la vie (plus grande que la vie) dans toute sa fraîcheur originale. Il a progressé alors vers de grands formats d’autres Tarots historiques dérivés des originaux conservés à la Bibliothèque Nationale à Paris : Jean Noblet (Paris, vers 1650), Jean Dodal (Lyon, 1701) et un certain nombre d’atouts de Jacques Viéville (Paris, vers 1650).

C’est en passant les semaines nécessaires sur chaque arcane « grandeur nature » qu’il a été capable de «comprendre» la manière dont les images sont opératives en elles-mêmes. Il transporte régulièrement ces grandes toiles pour des expositions et propose des ateliers de conférence dans une variété de contextes liés au Tarot.

L’étape suivante consistait à publier, dans des versions traditionnelles au pochoir couleur, les 22 atouts des Tarots de Jean Noblet et de Jean Dodal. Celles-ci sont destinées correspondre à tous égards au plus près possible de ce à quoi elles ressemblaient quand elles étaient nouvelles.

À un pas des productions artisanales, mais en orientant les vieux Tarots vers un public plus large, un industriel, complet, du Tarot de Jean Noblet vient d’être publié.

Bio: Roxanne est née et a grandi à Manhattan. Éducation des arts libéraux, avec un penchant pour l’anglais. Elle se sent heureuse d’avoir atteint la maturité à la fin des années 60 (ils n’ont pas envoyé des filles au Vietnam, au moins). Elle a finalement quitté la ville pour la campagne, où elle a passé 3 années jardinant intensément, ne semblant jamais aller nulle part sans une brouette. Alliée à un percussionniste, elle quitte les Etats-Unis en 1973 sans se retourner. En Europe, elle a passé 15 ans en tant que machiniste / interprète / organisatrice dans le monde de la musique. Trois enfants, beaucoup d’école à domicile, plus de jardins. Son français est devenu assez bon pour le traduire en anglais, alors elle a poursuivi dans les traductions, et a aidé à créer la bibliothèque locale. Maintenant, elle est encore en train de traduire, a appris le pochoir, espère devenir compétente en Tarots, continue de jardiner, et est reconnaissante pour la variété qui a épicé sa vie.

noblet

© Bonnie Cehovet

Bonnie Cehovet est certifiée Grand Maitre Tarot, lectrice de Tarot professionnelle avec plus de dix ans d’expérience, un Maître / Professeur de Reiki et une écrivaine. Bonnie a occupé divers postes au sein de l’American Tarot Association, co-fondatrice du World Tarot Network et vice-présidente (ainsi que directrice de la certification) de l’American Board for Tarot Certification. Ses articles apparaissent dans le Llewellyn Tarot Reader en 2004 et 2005.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :